logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/03/2011

"René Bardet" poète

DSCN8682.JPG

 

René Bardet

Jeune poète oublié

-

Sur la plaque d'une rue mancelle, un nom choisi en 1960 !

Voici René bardet né le 24 mars 1984, au MANS, 49, place des Halles où son père était négociant.

 

 

450px-Immeuble_commercial_rue_Gambetta_Le_Mans.jpg

Place des Halles au Mans de nos jours....


Il étudia au lycée, et s'exila quelque temps pour décrocher une licence de droit.

Puis revint dans sa ville.

Dès l'adolescence de santé fragile.

On l'envoya au loin respirer l'air vif des montagnes alpines ou des plages océanes.

Pourtant le destin fut implacable.

Il décéda le 24 juin 1913, à l'âge de 29 ans, entouré de l'affection des siens, dans la maison familiale, au 29, rue de la Mariette.

-

Durant ces années de langueur et d'oisiveté, René Bardet s'essaya à la poèsie.

Il y réussit admirablement.

Son oeuvre complète tient en 3 petits recueils, dont le premier :

 

6341748-L.jpg

fut couronné par le prix sully Prudhomme en 1910.

Vinrent ensuite

"Le Jardin de Plaisance"

et

 

DSCN8684.JPG

Qui sonne comme un adieu.

-

Il peignit abondamment sa région et sa ville natale, croquant en peu de mots, leurs paysages et leurs habitants.

Le poème qui suit, intitulé " La Grande Rue", n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, puisé dans une oeuvre trop vite interrompue.

Nous l'avons choisi, car il décrit magistralement l'ambiance du lieu et, en un raccourci saisissant, son histoire.

 

DSCN8683.JPG

La grande rue à l'époque de René Bardet

-

Dans la ville est la grand'rue,

Sans conteste, depuis des temps ;

Elle a, chaque jour parcourue,

Vu passer  tous les habitants.


Ell serpente, sombre, étroite,

Entre maintes vieilles maisons ;

Son pavé s'enfonce et miroite

Aux jours des mauvaises saisons.

 

 

2009-germann-07-grande-rue-le-mans.jpg

Elle est laide, mais pittoresque

Avec ses toits, ses grands pignons,

Et se montre joueuse presque,

Malgré ses airs vieux et grognons.


Elle fut témoin de l'histoire

Et le théatre du passé ;

Ce que la ville eut de notoire

S'est tout à son long espacé.

 

 

7076659.jpg

Fêtes et pompeuses entrées

Du bon duc et même du roi

Sous les fenêtres décorées ;

Nobles troupes de bel aloi.


Barons chevauchant et vidames,

Prêtrises en choeur solennel ;

Partout enfants ou belles dames

Et bon peuple criant Noël !

 

 

31288883.jpg

Ou sièges, émeutes, alarmes,

Incendies et sacs de maisons.

Bourgeois tués, femmes en larmes,

Carrefours pleins de pendaisons ;


Pestes, fièvres contagieuses,

Ou famine la dépeuplant,

Puis les guerres religieuses

Y massacrant et brûlant ;

610404654.JPG

Enfin dans la rue et la ville

Ce fut la vie absolument

Provinciale et bien tranquille,

Sans bruit et sans évènements ;


Sauf qu'à cent trente ans d'intervalle,

La réveillant de sa torpeur,

Un double cortège y dévale :

Le roi-Soleil, puis l'Empereur.

1836699581.JPG

Rumeur de gloire au loin décrue !...

Coeur réglé sur l'ancien cadran,

Depuis un siècle la grand'rue

A repris son calme d'antan.


Tout s'éternise ; et les ancêtres

S'ils vivaient soudain ici,

Retrouveraient presque leurs aîtres

Et peut être leurs moeurs aussi.

Le Vieux Mans 12.JPG


Nul changement dans les boutiques ;

Rien n'est venu les déranger

Et troubler ainsi les pratiques ;

Ici tout près le boulanger ;



Là, l'épicier, au coin contraire,

Là le mercier, puis le bijoutier ;

Plus loin, le papetier-libraire,

A sa place est chaque métier.

Le Vieux Mans 019.JPG

C'est chaque jour à la même heure,

Des mêmes gens le va et vient ;

C'est la même vie à demeure

Et que l'habitude maintient.



Et les commères apparues

Considèrent, pleines d'orgueil,

Les pauvres gens des autres rues

Qui se hâtent devant leur seuil.

Mais tout varie à notre époque ;

Le progrès l'exige, dit-on,

Et voici le fait très baroque ;

La grande rue a changé de nom.


Le Vieux Mans 022.JPG

Sans redouter quelque risée,

Et trouvant son vieux nom mesquin,

Nos édiles l'ont baptisée

D'un autre nom républicain.


l'Etat a besoin de réforme ;

Fallait-il en faire, oui ou non ?

On en accomplit, une énorme :

La grand'rue a changé de nom ...


SuperStock_1606-50605.jpg

Mais elle reste la grand'rue

Elle le sera des temps et des temps,

Et verra, toujours parcourue,

Passer d'autres habitants.

(René Bardet)

-

Je vous souhaite une bonne journée

PHOTO_10531_apx_500__w_maville_.jpg
Anita











Commentaires

je ne connaissais pas René Bardet, bien sûr il est de ta ville, ta région. Joli poème qui décrit, peint bien la vie de la grande-rue, j'ai admiré les photos. Bonne soirée, bises. Renée

Écrit par : Campanule | 26/03/2011

Bon nombre de poétes tombent plus ou moins dans l'oubli
c'est bien dommage Merci de lui avoir redonné vie pour un instant
Passe un bon dimanche
Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 26/03/2011

Je ne connaissais pas non plus ..
Merci pour la promenade , bonne soirée et bon dimanche en espérant que la météo se trompe et qu'il fasse beau encore demain !
Bisous
Nicole

Écrit par : Nicole | 26/03/2011

Coucou du soir !

Par contre né en 1984 , il a vécu à reculons , hi ! Je ne connais pas ce poète
qui a fait un joli poème sur la grande rue au Mans . Il a vécu tristement .

Bonne soirée gros bizoux de Gigi et moi ,
Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 26/03/2011

Bonjour Anita !
chez moi, j'aie une Anita aussi !
c'est toujours un plaisir de passer l'heure du temps , sur ton blog,
on y découvre l'histoire du temps !
Bon dimanche arrosé en Bretagne !

Écrit par : Marie-Thérèse | 27/03/2011

je ne connaissais pas !
ces témoins du temps qui s'écoule sont bien nécessaires !
amitiès

Écrit par : ventdamont | 27/03/2011

un petit bonjour en passant. Imagine un poète décrivant les rayons d'un hyper marché de nos jours...


Dominique

Écrit par : papydompointcom | 27/03/2011

Bonjour Anita,

Encore une découverte ce matin, la poésie est toujours là pour nous réchauffer le coeur avec sa petite lumière nostalgique......Belles photos et les mots qui vont avec.


Bises
hélène

Écrit par : hélène | 27/03/2011

Coucou du dimanche !

Gros bizoux ensoleillés de Comté , il est timide mais il est là .
Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 27/03/2011

Il est tout mignon, tout "craquant" ton poète.
Bon dimanche, humide chez nous
Bises
Gneviève

Écrit par : Geneviève | 27/03/2011

Belle idée ,Anita ,que de nous montrer les belles rues et demeures de ta ville avec pour guide ce jeune poéte ,mort trop tôt !
La Haute Provence est sous la pluie ....
Bises
Jacques

Écrit par : Jacques | 27/03/2011

Qu'ajouter de plus à tous ces commentaires ?
Sinon de te souhaiter une bonne fin de journée dominicale.
Amicalement,
Gérard.

Écrit par : CHAP | 27/03/2011

René Bardet... Et combien encore en avons nous oubliés de ces poètes, ces musiciens, ces peintres, dessinateurs ? Tous ces artistes qui se créaient un monde plus beau ? Et combien d'artisans ont oeuvré pour que ces magnifiques maisons existent et conbien de "petites mains" les ont remplies de choses belles et délicates ?

Écrit par : Colinne CAUDIE | 30/03/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique