logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/03/2011

" la Manufacture des Tabacs"

2_2d_manufacture_des_tabacs.jpg

 

La Manufacture des Tabacs

-

An bordure de la sarthe, rive droite, les batiments de la Manufacture des Tabacs, important employeur pour toute la population laborieuse.

Elle s'établit en 1877, près du canal des Planches, dans les parages du port.

A la fin du siècle dernier, l'effectif comprenait environ 700 ouvriers, hommes et femmes.

La production Globale atteignait 2 milions de kilogs et se diversifiait entre scaferlatis, cigares et cigarettes.

 

800px-Scaferlati_Gris_2008.png

 

Ce qui représentait annuellement un chiffre d'affaires moyen frolant les 35 milions de francs.

L'implantation de cette source de travail draine la main d'oeuvre et donne l'impulsion à la création d'un nouveau quartier.

 

Si je vous parle, aujourd'hui de cet établissement c'est aussi parce que mes deux grand - mères y ont fait leur carrière d'ouvrières.

Augustine Desmares copie.jpg

 

Eglantine Hulot copie.jpg

 

 

 

 

 

 

 












Mes deux grand-mères

-

Après le guerre de 1870, la France perd l'Alsace et la Lorraine. Les deux manufactures de Metz et Strasbourg sont ainsi cédées de force à l'Empire Allemand. Or, dès 1875, les 16 établissements français produisant du tabac ne sont plus suffisants pour assurer l'augmentation de la consommation de cigarettes. Deux nouvelles manufactures provisoires sont ainsi créées : celle de Dijon en 1875, et celle du Mans en 1875.

 

Ancienne_Manufacture_des_tabacs_Le_Mans.jpg

 

Pourtant, dès 1875, tout le monde au Mans n'est pas pour cette implantation. D'un côté, on estime que cela permettra au Mans de se développer encore davantage, surtout après l'arrivée de la gare. Mais dans l'autre sens, on évoque le manque de personnel (la ville est alors très ouvrière et le chômage n'existe presque pas), ainsi que la situation provisoire imposée par le gouvernement

C'est le 15 novembre 1876 que la ville acquiert la prairie des planches pour la somme de 73 610 francs. Ce terrain est un rectangle en bord de Sarthe, d'une taille d'environ 19 000 m². Le site est cédé à l'État par la ville, à la condition que la manufacture soit implantée de façon définitive. Les décisions doivent être prises rapidement, d'autant que la nécessité de fabrication de cigares se fait pressante.


 

DSCN8555.JPG

Atelier de paquetage des cigarettes à la main

Une ancienne usine désaffectée, située sur le quai Amiral-Lalande est mise à la disposition de l'État. Ce dernier en assure le paiement du loyer dès le 1er janvier 1877. Il s'agit d'une ancienne féculerie. La manufacture n'est que temporaire et n'accueille que quinze ouvrières recevant les leçons de quatre maîtresses venues de la manufacture de Châteauroux. La fabrication concerne tout spécialement les cigares à cinq centimes.

anne5061069.jpg
Atelier de paquetage hydraulique


Le bâtiment de la vraie manufacture est achevé en octobre 1877. Les deux établissements fonctionnent de pair et emploient quelques 600 personnes. Le problème de la séparation des deux bâtiments (provisoire et installée) pose un problème au directeur qui se voit obligé de faire transporter le tabac d'une usine à l'autre. Les deux manufactures sont situées à 500 mètres l'une de l'autre. L'État rachète les ateliers provisoires le 16 décembre 1878 et approuve enfin la construction définitive d'une manufacture.

anne5061071.jpg
Machine à vérifier le poids des paquets de tabacs

Les travaux de la manufacture définitive se déroulent de 1879 à 1883. L'ingénieur dirigeant les travaux est un certain Büttner, tandis que les plans sont réalisés par l'architecte Roland. Le bâtiment est rectangulaire, il comporte une centrale thermique isolée dans une cour autour de laquelle sont disposées quatre ailes de bâtiment sur deux étages. Le bâtiment n'a rien de particulier puisque tous les matériaux proviennent de la ville même (Pontlieue) ou bien de la proche région du Maine (Alençon). Dès 1883, de nouveaux ateliers sont conçus pour la fabrication de cigarettes françaises d'une part, puis élégantes d'autre part.

anne5061074.jpg
Atelier de mouillage des scaferlatis

(Mes 2 grand mères ont travaillé dans cet atelier)

La manufacture est très sophistiquée pour son époque : machines à vapeur ou encore torréfacteurs mécaniques y sont déjà présents. La modernisation de l'établissement est incessante : dès 1888, l'ingénieur Bellot met au point une machine pour paqueter mécaniquement les fameuses scaferlatis, très appréciées et donc très demandées à l'époque. La manufacture des tabacs fait figure d'exception dans une fin de siècle aux allures maussade dans l'ancienne capitale du Maine. De nombreuses industries traditionnelles sarthoises sont en déclin et la manufacture des tabacs propose du travail toute l'année et relativement bien payé.

nk335.jpg
Atelier de torréfaction du tabac

A cette époque, les journées étaient longues 10 heures de travail et 6 jours de travail.
Mes grand mères avaient toutes les deux 5 enfants à s'occuper en rentrant et souvent seules vu que leurs maris étaient tous les deux cheminots.....

Ancienne_Manufacture_des_tabacs_de_Saint-Georges.JPG
Maintenant cette entreprise s'appelle ALTADIS

En France, Altadis, qui dispose d'un monopole sur la vente au détail, assure 98 % de la distribution du tabac.

Je vous souhaite une bonne journée

971586633.jpg
Anita

Commentaires

bonjour Anita !
merci de nous faire partager " de l"h'istoire" passée
les temps ont bien changé, celà n'empêche pas de se plaindre !
la famille cheminot, je connai, mon époux en est un ,aussi cela nous a-t-il permis de voyager, car il faut être mobile dans ce métier, si nous voulons progresser,MAIS, IL FAUT DIRE QUE C'EST ENCORE COMME ÇA AUJOURD'HUI ...
les voyagent forment la jeunesse dit-on...?
PASSE UNE BONNE JOURNÉE ENSOLEILLÉE !

Écrit par : Marie-Thérèse | 09/03/2011

Coucou Anita !

En ce temps les machines n'étaient pas sécurisées et il a dû avoir beaucoup d'accidents du travail ,
ça me fait peur rien que d'y penser . Ta grand-mère de gauche tu as des airs d'elle . Elles ont été courageuses
5 enfants chacune il fallait assumer , pas machines à laver le linge . Beau reportage de la fabrique et je ne
savais pas qu'à Dijon il y en avait une de fabrique de tabac . Le soleil brille encore .
Bon après-midi gros bizoux de GIGI et moi Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 09/03/2011

La vie était rude pour les femmes et Françoise à raison tu as bien des airs de ta mémé de gauche.
A Lyon l'ancienne manufacture des tabacs est devenue une université !
Bises et bonne journée

Écrit par : Biche | 09/03/2011

je trouve moi aussi des airs avec la mémé de gauche
Ici tout le logn d'un affluent de la Meuse il y avait des plantations de tabac Peut être partai il pour le Mans ..
Bonne soirée Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 09/03/2011

Bonjour Anita, ta note m'évoque des souvenirs précis : mon premier travail, je n'étais pas encore majeure, a été d'empaqueter des cigarettes la main, à la Manufacture de Tabac Seita d'Issy les Moulineaux ! Il fallait être à l'heure, 7 h 30 du matin, on avait une heure à midi et on sortait à six heures pile. On avait une pause d'un quart d'heure le matin et une l'après-midi. On la passait à ... fumer! On nous donnait chaque semaine quelques paquets de tabac. C'était un travail si dur pour celles qui étaient à la chaîne jje n'ai pas fait ça), qu'elles pouvaient partir après quinze ans de maison. C'était une retraite bine méritée : Naturellement on s'en doute, tous les ouvriers étaient blêmes et atteints d'emphysème ou de cancer du poumon à ce moment-là...
Je n'ai pas tenu très longtemps, mais je n'oublie pas cette odeur de tabac permanente, quelquefois ça sentait très bon, quand on allait dans l'atelier où étaient réceptionnées les grandes feuilles de tabac venue des îles lointaines...
Bonne journé. Bises Anita ! Hélène

Écrit par : helene merrick | 10/03/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique