logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/01/2011

" Les rues de la Cité Plantagenet"

Le dédale intra-muros de la vieille ville ouvre le grand répertoire des rues du Mans.

Son tracé n'a pas subi de grandes modifications au cours des siècles, mais la recherche des noms des voies qui la sillonnent a souvent mené les auteurs à revêtir un habit d'enquêteur.

Pour vous aider à repérer les rues dont je vais parler aujourd'hui, je vous propose ce plan.

 

DSCN8396.JPG

Nous voici donc lancés à la conquète des rues du Mans

GRANDE RUE

 

Le Vieux Mans 018.JPG

(Telle qu'elle est de nos jours)

Voie principale de la Cité Gallo Romaine, et sorte d'épine dorsale, elle commencait jadis, place Saint Michel (devant la cathédrale).

Elle traversait de part en part la cité et finissait sa course à l'amorce de la rue de la Truie qui file.

 

Il est dit par voie d'affiche du 23 août 1773, que le Sieur Meunier, copiste, demeurant vis à vis de l'ancien n° 317 de l'hotellerie " Le Duc de Bourgogne" , sise Grande Rue, offre ses services pour enseigner à la jeunesse, la lecture, l'écriture ainsi que l'arithmétique, et se rendra chez les particulier qui voudront bien le requérir.

 

Dans l'alignement qui la domine, la grande Rue fût baptisée " rue de Sarthe" par arrête du 8 novembre 1793.

 

La foule en justaucorps, hennins, bonnets, cornettes,

Suivait la Grande Rue au sinueux tracé

Et, dans l'escalier de la Pierre de Tucé,

Des gueux s'apostrophaient en propos malhonnêtes.

Baladins, charlatans, débinaient leurs sornettes

Au peuple des badauds par leurs cris amassé.

Des matrones se saluaient d'un air pincé

Rue de la Truie qui File ou Rue des Trois Sonnettes.


Gaston Simon

(La Cité champêtre)

 

Sa partie haute, entre le tunnel et la Cathédrale, soit un cinquième de son tracé, devint : la rue de la Reine bérengère, neuf ans après l'ouverture du musée, le 14 juillet 1925, quand le Conseil Municipal entérina la demande des habitants en sa séance du 15 mai 1934.

Un vieux Manceau affirmait, naguère, que la rue de la reine bérengère était habitée à cette époque, par la bourgeoisie de la vieille cité, alors que les petites gens étaient reléguées grande rue.

 

RUE DE LA REINE BERENGERE

 

 

DSCN1443.JPG

Bérengère de Navarre.

Fille du roi de Navarre, Sanchez VI et de Béatrice de Castille.

Notre reine mancelle, née vers 1170, épouse le 21 mai 1191, à Limassol sur l'ile de Chypre, Richard Coeur de Lion, un Plantagenet, Comte du Maine, mais surtout roi d'Angleterre.

Elle meurt à 60 ans, après avoir fondé, le 7 février 1229, l'Abbaye de l'Epau, où elle fût inhumée.

Bérengère n'a, bien sur, jamais habitée la demeure qui porte son nom qui fût édifiée entre 1490 et 1515, par Robert Véron, échevin du Mans en 1495.

 

Le Vieux Mans 01.JPG

(Rue de la reine bérengère)

Cette maison, portant le n° 11, relevait du fief des Croisettes dépendant de la seigneurie du Monnet à Coulaines.

Une déclaration  du 17ème siècle précise :

" Au devant de ladite maison, en date du 2 août 1621, il y a grande quantité de croix pour marquer le fief de cette seigneurie"

Un pilastre sculpté montrant clairement plusieurs "croisettes", est agrémenté d'étoiles et de "Vairons", modestes poissons rappelant le patronyme de cette famille.

Le fief des " Croisettes" a disparu, mais est remplacé par un tout autre batiment qui accueille aujourd'hui une population carcérale, dans la nouvelle prison, inaugurée fin novembre 2009, à Coulaines.

 

1113567008.jpg

 

LA PLACE SAINT MICHEL

 

Le Vieux Mans 014.JPG

(Place Saint Michel de nos jours)

Elle fût appelée place au lait, du nom du dolmen, disparu en 1778.

Ces pierres plates (Olet ou Aulart) furent dénommées vulgairement pierres au lait parce que, dit-on, les laitières y déposait leurs vases.

Cette aimable version, est contredite par une autre plus violents, car cette table servit à des exécutions capitales, en mai 1428, après la reprise du Mans par les Anglais.

30 citoyens et 35 prêtres ou religieux furent décapités sur le dolmen devant la cathédrale.

La révolution la baptisa place de la Tempérance le 26 novembre 1793.

A la fin du second empire, Monsieur Fontaine, architecte local, se jeta du haut de la cathédrale, pour se fracasser au pied du monumental escalier du Jet d'Eau.

 

DSCN6929.JPG

(Escalier du Jet d'eau)

Consistuant en cet acte désespéré, la première tentative (réussie à n'en pas douter) de suicide en ce lieu.

Construit en 1853 par l'architecte Lassus, sucesseur de Delarue, cet escalier se situe à l'emplacement de la maison canoniale Saint Bertrand, abattue en 1846.

 

ESCALIER DE LA PIERRE DE TUCE

 

mans_VM-esc_tuce-vaux.JPG

Il date du 11ème siècle, reliant le Square Dubois à la rue de Vaux.

Il tire son nom d'une borne placé dans le pavé de la ville.

Située au bas de l'escalier, elle marquait l'une des limites du fief urbain des seigneurs de Tucé.

A cette époque chaque vassal du Comte du Maine devait, envers son suzerain, un certain nombre de jours de garde sur une portion du rempart de la ville.

 

RUE DE LA TRUIE QUI FILE

 

5028100029_38af693cc7.jpg

Partiellement intra-muros, la rue de la Truie qui file tient son nom d'une enseigne d'un tripot, montrant une truie filant son
fuseau.

truiequifile.jpg
Au Moyen äge, c'était pour les chevaux et les charrettes, l'un des deux accès à la vieille ville.
La borne fontaine toujours visible, qui alimente le quartier date de 1833.

mans_VM-GR-fontCigogn1833.JPG

Pour ce soir, je vais m'arrêter là....
la suite viendra un jour .... peut -être
DSCN6970.JPG

Bonne soirée

Anita

Commentaires

Tu nous fait une note bien fouillée et c'est la preuve que tu connais bien la ville.
Bises et très bonne nuit

Écrit par : Biche | 12/01/2011

Génial, Anita !!!

Je me régale à la lecture de cette belle visite du Vieux Mans ...

Je suis sarthoise et c'est un régal d'apprendre l'histoire de ce quartier comme cela ..

Merci ....

Et la suite sera bienvenue !!!

Écrit par : Isabelle | 12/01/2011

Voilà une bonne visite virtuelle et instructive.

On se demande ce qu'on pourra raconter sur nos villes modernes et sans histoire.

dominique

Écrit par : papydompointcom | 12/01/2011

J'ai encore fait une belle promenade dans les rues pavées du Mans,c'est drôle,elles commencent à m'être familières!j'aime me promener dans les rues,au hasard! Le patrimoine est mis en valeur dans les villes,et c'est très bien!
Bonne journée Anita
Christiane

Écrit par : christiane06 | 13/01/2011

Coucou Anita !
Je n'ai pas d'excuse mais je pensais y être aller sur cette note .
J'ai visité autrement le Mans , la première fois en réel et là en virtuel
et je te suivais pas à pas comme la première fois . C'est une ville avec
beaucoup d'histoires de reines et de rois , Besançon à part Victor Hugo ,
les frères Lumière et autres , il n'y a pas eu de rois pour la raconter ...
Bonne journée gros bizoux de nous deux Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 13/01/2011

Tu es une passionnée de l’histoire de ta Cité, qui mérite bien une majuscule et dont tes anecdotes sur les noms font revivre le passé. Tu m’as appris que le fameux dolmen de la Cathédrale n’était pas le seul et qu’il y en avait un autre Place au lait ! J’aime cette façon de parcourir une ville, en retrouvant les racines qui font que nous sommes dans la continuité de ceux qui nous ont précédés. Merci pour cette page.

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 15/01/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique