logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/06/2010

" Le Moulin de Rambourg"

Le Moulin de Rambourg

DSCN5664.JPG
Il est situé sur la commune de Nesmy.
Niché dans un écran de verdure et traversé par la rivière l'yon.
DSCN5665.JPG
Le meunier ayant cessé son activité  artisanale depuis 1981, le moulin de Rambourg est désormais un site ouvert au public et dédié à la détente et la rêverie.
Ce moulin à eau a conservé son équipement complet, datant de la première moitié du 20eme siècle.
DSCN5669.JPG
Accompagnés par un guide les visiteurs ( mais pas nous, car il n'est ouvert qu'en juillet et août)plonge dans l'histoire de ce moulin dit " à reprise" et découvrent les richesses naturelles de ses abords.
DSCN5666.JPG
Sur ce site on peut pratiquer de nombreuses activités de plein air :  pique nique, randonnées, pèche, canoë .....
Pour en revenir au moulin :

Voici son histoire :

" Quelle que soit l’étymologie de RAMBOURG, il est certain que, dès les premiers siècles de notre ère, sur une voie Romaine, au travers de l’Yon, il y eut là un gué à péage surveillé sans doute par un fortin.

Vers le 15ème siècle, on jeta sur la rivière un " Pontereau ", simple passerelle, d’où un hameau de cette époque, LA PLANCHE, a tiré son nom.

Et, dès lors, il arriva qu’on parlât du " Gué de la Planche ". Cette passerelle ne devint pont de 1,80 m de large, sur poutrelles de bois qu’en 1862, puis sur poutrelles de fer, en 1894. C’est en 1970 que furent créés le pont et la route actuels, surélevés au-dessus de toute menace d’inondation.

Auprès du gué, dès les temps romains, s’était groupé le hameau de Rambourg. Des recoupements, plus que des documents explicites, nous insinuent que les habitants, vers 1250, y bâtissent un moulin " à ève " ; une chaussée, bien agencée et qui suppose des techniciens avertis, fut construite de biais... et l’eau de l’Yon passe sous les pales de ce moulin à aubes, à la différence des moulins du Graon où l’eau, après un canal, tombe sur des pales à godets.

De bonne heure, dès 1300, pour pallier aux basses eaux de l’été, on édifia des moulins à vent, dits " Moulins Turquois " connus au temps des Croisades, car l’invention venait des pays Turcs : on ne sait pas où, au départ. Puis, vers 1550, à la Braudière et enfin, au 17ème siècle, sur le chemin de la future " Belle Croix ".

Les " fariniers ", comme on disait, n’étaient pas propriétaires de ces moulins, dits " à bans, banals ", car on publiait, on " bannissait ", les jours de mouture. Ils dépendaient de la Seigneurie de NESMY à laquelle ils devaient annuellement : 20 livres de farine pour les moulins à vent et, pour le " moulin à ève ", 100 anguilles et 145 L.... ?

Ce prix durera toujours, malgré la dévaluation. Il correspond :

- En 1 500 à 2 600 de nos francs actuels (en 1991)

- En 1 700 à 13 000 de nos francs actuels

- En 1 800 à 5 000 de nos francs actuels

- En 1 884 à 3 000 de nos francs actuels

A cette dernière date, les meuniers rachètent l’ensemble de la rente par un capital de 3 000 F (65 000 de nos jours).

Aux temps anciens, les fariniers devaient rendre la farine 24 h. après livraison du blé. Ils avaient droit au 1/6ème du blé : c’était leur paiement ...

Ces meuniers de Rambourg, depuis des siècles, étaient de la même famille. On trouve leur nom dès 1680. Seule l’absence de documents interdit de remonter plus haut. Mais on peut affirmer au moins 350 ans de présence : un beau record !

Le 28 mars 1794, les Moulins de Rambourg, à eau et à vent, comme d’autres, subissent la Colonne Infernale de Goy-Martinière ; une partie fut incendiée ; les pales furent brisées. Peut-être furent massacrées quelques personnes, cachées vers l’Epinay : témoin un " Pré de la Croix ", au cadastre de 1810. Mais les victimes, comme toutes celles de ce jour affreux, sont restées anonymes.

Sitôt passée la Révolution, les meuniers réparèrent les moulins. Ils devaient aussi être " Amoulangeur " (charpentier réparateur de moulins). Il est sûr qu’en 1809, tout est remis en ordre, y compris les moulins à vent du Chemin de Belle Croix. Ces derniers fonctionneront jusque vers 1900, époque de la machine à vapeur de Rambourg, qui se substitue aux basses eaux. Puis, un échange de terrains avec tiers rendit celui-ci propriétaire des moulins à vent inutilisés : leurs moellons ont servi, parait-il, à la construction d’une maison de Buchenil...

En 1981, le Meunier a pris sa retraite - et le Moulin de Rambourg aussi. Mais la Commune de NESMY vient de l’acheter, en vue d’un " Mémorial ", où " Le Vieux Moulin de grand-père ", comme dit la chanson, méditera sur ses siècles de bons et loyaux services.

En Bref :

Le Moulin de Rambourg existe depuis le 13 ème siècle. Situé à NESMY, près de La Roche sur Yon, c’est un moulin à eau qui fonctionne par la force motrice de la roue à aubes qui est entraînée par le courant de la rivière l’YON. Il en existait au moins une dizaine sur l’YON pour produire de la farine à la population. Des moulins à vent complétaient les moulins à eau. Le Moulin de Rambourg est le seul moulin à aubes sur l’YON qui ne soit pas en ruine. L’eau fait tourner les courroies et le broyeur, mais pour une marche permanente, une machine à vapeur est ajoutée vers 1900, remplacée par un gazogène à la mode à l’époque, puis par un moteur diesel à huile lourde en 1949, et enfin par un moteur électrique en 1955. La force motrice de l’eau servira jusqu’à l’arrêt du Moulin, en 1981, car elle réduisait de moitié la consommation d’électricité. La production était de 150 kilogrammes de farine par heure.

Le Moulin de Rambourg est depuis juillet 1999 un moulin à eau prévu pour être visité par tous, suite aux travaux de la Commune de NESMY, du SIVOM des Coteaux de l’Yon et de la Communauté de Communes du Pays Yonnais qui le gère désormais. L’Office du Tourisme de la Roche sur Yon Pays Yonnais en assure la promotion.

Voici quelques photos prises aux alentours du moulin

DSCN5673.JPGDSCN5672.JPG
 
DSCN5668.JPG
DSCN5671.JPG
Ici l'Yon a submergé la route....
Sur cette dernière photo, s'arrête ma note....
Bonne soirée
Anita.

Commentaires

Nos ancetres utilisaient les forces de la nature ; l'air et l'eau Ils étaient plus sages que nous
dans mon village natal il y avait 2 moulins à eau et je les ai vu tourner un peu Ce sont de beaux souvenirs
Celui que tu nous présente est magnifié par la nature
Bonne soirée Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 10/06/2010

Il pleuvait lorsque tu as pris les dernières photos, on voit les ronds dans l'eau. Le non de "pontereau", je trouve cela très joli.
Pourquoi avoir brûlé les moulins lors de la révolution ??? Complètement idiot.
Beau reportage, merci.
Bonne soirée. A l'instant, l'orage est venu avec grosse pluie.
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 10/06/2010

bien sûr, le nom de pontereau

Écrit par : Geneviève | 10/06/2010

en peu de mots, mais, quel beau panorama ...!

Bretagne arrosée !

Écrit par : Marie-Therese | 10/06/2010

Coucou Anita !
Il s'en est passé de l'eau sous le pontereau depuis l'an 1300 et du bonheur ainsi que des malheurs , des gens sont morts dans l'anonymat , des familles cela me rends triste . Il pleuvait ce jour là , on voit des petits ronds sur l'eau ?
Bonne soirée gros bizoux des Comtois , Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 10/06/2010

c'était tellement simple d'utiliser la force de l'eau ou du vent, maintenant c'est ringard ; il va pourtant falloir decroitre pour s'en sortir!
et en plus c'est bien plus beau que les centrales nucléaires !
bises

Écrit par : josette | 10/06/2010

COUCOU DU SOIR
Je connaissais ce moulin ayant fait une randonnée sur ce site
Espérant avoir demain mon ordinateur.
Bisous

Écrit par : Anne-Marie | 10/06/2010

Bonjour Anita:de retour du Var,j'admire le travail et la tenacité des anciens!Et quels beaux paysages,cela change du midi,où nous avons plutôt des moulins à huile!
Bonne journée,et merci pour les fleurs
christiane

Écrit par : christiane | 11/06/2010

Très beaux ces alentours du Moulin.
Bises.

Écrit par : pimprenelle | 11/06/2010

Bonjour Anita,

Encore une belle note sur ce moulin qui sort de l'ordinaire par sa longévité. Les mouliniers formaient une caste riche où les fils et filles se mariaient entre eux. Nombreux ont été saccagés à la Révolution par des gens qui voyaient dans leurs propriétaires des affameurs en cas de disette et des nantis !

Qui sait si ce moulin ne reprendra pas du service dans quelques décennies !

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 12/06/2010

Les meuniers se sont endormis pour de bon et leur moulin ne tourne plus... une époque révolue. Merci de l'avoir fait revivre à travers cette note campagnarde bien documentée. Bises de miche

Écrit par : miche | 18/06/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique